Choix de page

Yi-King Voyance Chinoise

Le Yi-King, qu’on connaît également sous le nom de Yi-Jing, désigne à la fois un système de voyance originaire de Chine et l’ouvrage intitulé « Livre des mutations » qui le résume.

Utilisé comme oracle, la méthode divinatoire du Yi-King repose sur le principe que l’avenir s’écrit aux rythmes des changements successifs.

L’étude de ces changements permet alors de connaître les évènements à venir comme suite logique d’un état présent.

Faisant intervenir la notion de Yin comme principe actif et le Yang en tant que principe passif, la dualité entre ces deux conceptions amène à la formation des 64 états.

Représenté par un hexagramme chacun, ces 64 états seront à la base des nombreuses mutations produites sous leurs influences réciproques définissant ainsi les lignes du futur. Dans ce sens, le Yi-King permet non seulement de découvrir les faits futurs mais il permet également d’agir sur ces derniers.

Voyance avec un Yi-king

La consultation du Yi-King, en vue de connaître le futur ou pour analyser l’opportunité et les effets d’une grande décision, se fait à l’aide de 8 trigrammes et des 64 hexagrammes.

Au-delà de son aspect divinatoire, le Yi-King est un outil précieux qui permet d’analyser un état présent et ses possibilités de changement. Concevant le changement comme règle naturelle, la sagesse chinoise a fait du Yi-King un outil de voyance qui va au-delà de la connaissance du présent et de l’avenir.

Dévoilant les possibles transformations d’un état, il donne ainsi la possibilité au consultant de s’adapter et d’agir en conséquence afin que son avenir soit tel qu’il le souhaite. La voyance avec un Yi-King se fait généralement à l’aide d’une cinquantaine de tiges d’achillées.

Autrement, certains jeux de cartes spécifiques au Yi-King permettent de l’interroger. Enfin, il est possible de consulter en ligne l’oracle en se concentrant sur votre question et par le biais d’une conversation téléphonique.

Origine et Histoire du Yi-King

Le Yi-King serait l’oeuvre des grands sages chinois et remonte au XIè siècle avant Jésus-Christ. Le Livre des mutations est en fait le résultat de la transcription de leurs réflexions sur l’évolution du monde et de l’humanité en général.

L’élaboration des trigrammes revient à Fuxi tandis que la création des 64 hexagrammes qui en découlent serait fait au temps de Yu le Grand. Ensuite, il a fallu attendre le règne des Shang pour voir apparaître un second livre des mutations.

Confucius prit également connaissance du Yi-King et y apporta sa contribution avec ses commentaires secondaires. Durant les siècles qui suivirent, le Yi-King fut sauvé du feu sous Qin Shihuang en étant caché dans la catégorie des ouvrages médicaux et de divination.

C’est ensuite au tour de Wang Pi de le sortir de cette doctrine de magie et de lui redonner son statut de livre de sagesse.